Carrefour de savoir sur Interculturalité et engagement social

Si on se perd en forêt, on revient sur ses pas pour retrouver son chemin. Perdus en ce monde, l'homme et la femme postmodernes doivent retrouver leur souffle en se reconnectant en leur centre, avec la création et les grands principes qui gouvernent leur existence. Sans cette expérience sentie, il est impossible d'entrer à nouveau en communion avec ce monde et de s'y engager avec résolution. À partir de ce premier constat, il faut considérer notre première appartenance à l'humanité, l'identité fondamentale par laquelle on reconnait l'égalité en dignité de chaque être humain.

La crise d'identité que traverse la société québécoise et l'incapacité que nous avons à saisir la dimension spirituelle présente dans les différentes religions, ferment les voies au dialogue qui ne peut avoir lieu dans la négation de l'autre dans sa culture et son histoire. C'est par sa parole que l'immigrant s'incarne comme sujet dans notre réalité. C'est à nous de l'entendre dans l'expression de sa vérité et de l'accueillir dans son humanité. Mais pour que cette rencontre ne soit pas que de convenance, nous devons faire la vérité sur ce que nous sommes en train de devenir. Comme société d'accueil, nous devons exorciser la peur de l'autre, nous désaliéner d'une culture matérialiste et nous décoloniser de l'esprit de domination qui nous a été inculqué. Parce qu'il nous rappelle à cette vérité première, l'immigrant nous est salutaire, l'égoïsme national ou individuel ne pouvant servir d'alibis identitaires.

À la recherche du fil d'Ariane des origines, cette quête identitaire s'articule en fonction d'un projet que nous poursuivons ensemble. Sur ce territoire où nous habitons, ce récit a deux racines : l'une autochtone vieille de 12 000 ans; et l'autre européenne, la langue française servant de ciment identitaire à cette société plurielle. Ensuite, pour créer du tissu social, il faut organiser des rencontres qui permettent de réfléchir ensemble, d'apprendre à se connaitre et à se libérer de nos préjugés. Comme le dit si bien le Petit Prince : « parce qu'on ne connait bien qu'avec le cœur. »

Si le racisme et la peur de l'autre naissent de la méconnaissance de soi, se croire propriétaire de ce territoire fausse aussi notre rapport à l'autre et à l'environnement. Quiconque habite ici depuis longtemps sait bien qu'il appartient à la terre, que c'est le pays et son climat qui nous forgent. Si le colonisateur se croit maitre du monde, il s'illusionne, comme en amour, l'esprit de possession tue la relation à l'autre.

Cet exercice s'inspire du virage décolonisateur en provenance du Sud global. À la manière des anciens qui cherchaient à comprendre les événements présents à la lumière des mythes fondateurs, nous devons apprendre à lire notre histoire avec un paradigme qui transcende les liens du sang, pour embrasser un projet d'humanité nouvelle. Pour citer un théologien de chez-nous : « Le sens tient à deux pôles essentiels. D'une part, il existe un point d'ancrage, un enracinement, un lieu historique qui a en même temps la figure d'un héritage et celle d'un projet. Il comporte la tâche d'assumer le poids de cet héritage, de le faire fructifier, de consentir à d'inévitables pertes, de déceler sa capacité d'engendrer des changements, de créer de la nouveauté et de s'ouvrir sur l'avenir. C'est de ce lieu qu'une culture offre à l'être humain de quoi se comprendre, s'interpréter, se donner une vision du monde. » (ndp.)

Le CAPMO reçoit un financement de la Fondation Béati pour développer un Carrefour de savoir sur le thème : Interculturalité et engagement social. Les activités se tiendront sur une année et demie, nous permettant ainsi d'orienter plusieurs de nos soirées mensuelles en fonction de cette intention générale. Bienvenue à tous et à toutes et surtout bonne et heureuse année 2018 !

- Yves Carrier

Quels traits culturels les Premières Nations nous ont-elles légués ?

Commémoration de l'attentat de Québec

Le vivre-ensemble : période de crise, de vide, de transition ou de renouvellement

Haïti et l'indépendance de l'Amérique latine

Porter notre dignité, rencontre entre femmes de différentes origines solidaires contre les préjugés

Retour sur le Forum social mondial de Salvador de Bahia