Lien pour faire des dons en argent au CAPMO sur Canadon.


 

 


 En tete.2020

 Le 14 octobre 2021

Chers amis, chères amies, companeros, companeras

L’objectif de cette lettre est de vous inviter à considérer votre participation à la mission canadienne d’enquête et d’observation « Vivants, ils ont été emmenés, vivant, nous les voulons ». Sur la base d’un séjour de deux semaines en Colombie, nous proposons de répertorier, puis de faire connaître au public canadien, les atteintes systématiques aux droits humains perpétrées en Colombie, notamment en ce qui concerne le dramatique phénomène des disparitions forcées. Cette mission vise également à sensibiliser le gouvernement canadien aux enjeux humains et sociaux des relations économiques et diplomatiques qu’il entretient avec la Colombie afin qu’il réévalue ses relations avec les gouvernements qui violent les droits humains.

La mission aura lieu du 25 novembre au 8 décembre 2021 — soit dans un peu plus d’un mois et demi. Nous prévoyons des visites dans quelques régions les plus touchées par la répression. La délégation pourra rencontrer les victimes directes, de manière à disposer d’un tableau général de la situation des droits humains en Colombie au cours de l’année 2021, qui sera consignée dans un rapport écrit.

Il faut savoir que la Colombie — particulièrement après l’arrivée au pouvoir du président d’extrême droite Ivan Duque en 2018 — a connu une exacerbation de toutes les tensions économiques, sociales et politiques. De larges secteurs de la population colombienne avaient imaginé les voir disparaître dans le sillage des espoirs de l’accord de paix signé par l’ex-président Juan Manuel Santos et la guérilla de FARC en 2016. Promues par le gouvernement, les politiques répressives grandissantes, les réformes néolibérales radicales, les mesures fiscales antipopulaires et les assassinats ciblés de leaders sociaux et d’ex-combattants des FARC, finirent par déclencher les plus vastes mobilisations sociales et populaires depuis les années 1950. En effet, la mobilisation sociale s'est amorcée en 2019 et a culminé au cours de l’année 2021 avec la grande grève nationale du 28 avril à la fin août 2021). Ce fut au prix officiellement de… près de 80 morts, 500 disparitions forcées, 1 832 cas de détentions arbitraires, 28 cas de violence sexuelle par les forces de sécurité, 82 victimes d’agressions oculaires, 3 486 cas de violence policière, etc. Et cela, en toute impunité et sans que justice ait pu être rendue jusqu’à présent !

Dans un tel contexte, la solidarité internationale — et plus particulièrement celle provenant des organisations sociales et populaires — peut s’avérer être un facteur décisif pour ouvrir une brèche dans ces politiques d’impunité et d’atteintes systématiques aux droits humains. D’autant plus que les échanges économiques (voir l’accord de libre-échange Canada/Colombie signé en 2010) et les liens diplomatiques entre le Canada et la Colombie se sont renforcés, et plus encore depuis les accords politiques du groupe de Lima. D’où l’importance du rôle que pourrait jouer une mission canadienne d’observation des droits humains en Colombie.

Nous vous invitons à considérer votre participation à une telle initiative ou celle d'une personne de votre organisation. Vous trouverez ci-dessous les indications concernant les tenants et aboutissants de la mission.

En espérant vous revoir bientôt autour de ce projet, veuillez agréer, l’expression de nos sentiments distingués.

Comité de soutien aux missions d’observation

 

À propos de…. La Mission canadienne d’enquête et d’observation «Vivants, ils ont été emmenés, vivant, nous les voulons» qui se tiendra du 25 novembre au 8 décembre 2021.

Objectif général :

  • Contribuer à identifier les différentes atteintes aux droits humains perpétrées contre la population colombienne et à vérifier son caractère systématique, notamment en ce qui concerne le dramatique phénomène des disparitions forcées, faire connaître au Canada toute l’ampleur ainsi que le contexte de la «flambée sociale du 28 avril 2021» dans lequel elles se sont déroulées.

 

Objectifs spécifiques :

  • Renforcer la solidarité internationale entre organisations sociales, politiques, populaires et de droits humains du Canada et de la Colombie.
  • Contribuer au soutien des procédures judiciaires menées par les victimes ou leurs familles.
  • Renforcer les processus de dénonciation des violations des droits humains dans chacun des territoires visités.
  • Lutter contre les politiques d’impunité, et pour la vérité, la justice et la réparation.
  • Influer sur le cours de l’opinion publique par le biais d’une stratégie de communication adéquate menée tant en Colombie qu’au Canada.
  • Faire pression sur le gouvernement canadien afin de réviser et annuler éventuellement le traité de libre échange entre le deux pays

 

Éléments de base :

La Mission canadienne d’enquête et d’observation «Vivants, ils ont été emmenés, vivant, nous les voulons», comportera une dizaine de membres. Pour qu’elle soit apte à faire largement connaître auprès du public canadien la situation colombienne, elle sera composée surtout de personnes représentant des organisations politiques, syndicales, sociales ou universitaires impliqués dans leur milieu et dans la solidarité internationale. Les membres de la délégation proviendraient du Québec et du Canada. Les frais de voyage, de séjours et de déplacement seront à la charge de chacun des membres de la mission (voir estimation des coûts à la fin).

Ce seront quatre (4) régions de Colombie que la Mission pourrait visiter et dans lesquelles la répression et les atteintes aux droits humains ont été particulièrement fortes : (1) Bogota/Tunja et Sabana de Bogota; (2) Cali, Valle de Cauca, Popayán; (3) Medellín, Antioquia et Ituango; (4) Caqueta et Florencia. Sous réserve des membres de la mission et de concert avec nos hôtes colombiens, une priorisation pourra être effectuée.

Il existe un vaste réseau d’organisations sociales et de droits humains et de personnalités politiques en Colombie qui prendra en charge l’accueil de la mission et l’accompagnera. Mais c’est l’École nationale syndicale qui sera responsable de l’accueil à Bogota, de l’organisation, de l’accompagnement dans chacune des régions, de la gestion de l’agenda et de la sécurité de la mission en Colombie. La couverture médiatique serait couverte par Inter-Media, un réseau des radios et projets de communication alternative. Des comités d’accueil et d'accompagnement dans toutes les régions proposées sont déjà constitués.

Le travail de la mission consistera d’une part à visiter certaines des régions les plus touchées par la répression (Bogota, Cali), et d’autre part à participer à partir du 5 décembre à la réunion internationale sur les droits humains organisée par l’Assemblée nationale populaire à Santa Marta. Il y aura donc, en plus du vol aller-retour Canada/Colombie, 2 vols intérieurs d’avion à prendre.

Par rapport à la pandémie de Covid 19, qui semble ces temps-ci connaître une relative accalmie en Colombie, il n’y a pas d’autres obligations pour entrer en Colombie que d’être doublement vacciné (deux doses). Pour le retour au Canada, un test de dépistage PCR fait en Colombie devra être effectué.

Estimation des coûts pour chaque membre :

 

Vol Montréal Bogota — Montréal

   

800

 

Vols à l’intérieur du pays

   

205

 

Logement

 

35

280

 

Repas par jour

 

20

160

 

Embouchures et gilets avec logo

   

55

 

Total

 

 

1500

 

Solidarité avec les organisations

   

500

         
 

Total

 

 

2000 $

 

 

 

 

 

Plus des informations :

 

https://www.amnesty.org/fr/latest/press-release/2021/06/colombia-cidh-debe-escuchar-victimas-violaciones-derechos-humanos-2/

 

http://www.indepaz.org.co/informe-de-masacres-en-colombia-durante-el-2020-2021/